Avertir le modérateur

21/11/2008

Les petits soldats de La Voix du Nord

La ligne éditoriale du quotidien nordiste ? Précarité et faits divers ! Une journaliste fraîchement remerciée nous plonge dans les coulisses de cette presse peu recommandable... (article paru dans LA BRIQUE, journal d'infos et d'enquêtes de Lille et d'ailleurs)


« Nous ne prenons que les gens issus d'école de journalisme, vous commencez le 1er juillet à l'agence de Tourcoing » me signifie-t-on quand je décide de commencer l'aventure CDD. Dans cette agence, l'attaché de presse de la mairie appelle quotidiennement le chef d'agence : « Pouvez-vous passer telle photo, pour un concours à Tourcoing-plage ? ». Été oblige, les sujets se font rares, alors on engrange ce qu'on peut. Jusqu'à faire un papier sur les sites Internet des villes alentour. « Les gens veulent du pratique. Du pré-mâché », martèle le chef d'agence. Tourcoing a la plus mauvaise réputation parmi toutes les locales du journal. Ca se tire dans les pattes. Entre un journaliste syndiqué « trop zélé » et un chef d'agence qui refuse toute forme de libre pensée, la franche camaraderie n'est pas au menu.

Quand la chargée des ressources humaines (la « RH ») rappelle pour d'autres contrats, je refuse d'aller à l'agence de Calais (1 h 30 de Lille). « En 18 mois, je n'ai jamais refusé un seul contrat  me soufflera une fille rencontrée à Béthune, « d'ailleurs, je n'ai jamais pris de vacances ». « Tu as refusé un contrat... et ils t'ont rappelé ? C'est rare », s'étonnait une autre précaire de Calais. Les ressources humaines en font presque un chantage : « Vous savez, nous recrutons à la fin de l'année et si vous refusez un contrat, c'est très mal vu. »
La précarité, c'est être balancé d'agence en agence, ne pas connaître l'endroit où l'on débarque, changer de poste de travail quand les titulaires en ont besoin, rouler parfois une heure avant d'arriver au boulot, et recevoir les sujets de reportage sur la route... Également, la phrase fétiche de la RH, « on vous appelle dès qu'on a quelque chose », n'est valable que si nous-mêmes harcelons leurs services toutes les semaines. On m'a déjà appelé le lundi matin pour un contrat commençant l'après midi...
Cachez-moi cette grève

Par la suite,  j'accepterai d'aller à Calais, de peur de rater d'autres opportunités. J'y suis restée deux semaines et trois jours, nous étions quatre précaires pour autant de titulaires. Un stagiaire (non rémunéré), un contrat de professionnalisation (payé moins  que le SMIC), et deux CDD (1).
Quand on arrive sur une nouvelle agence, on ne connaît pas le tissu de l'information sur place. Et les journalistes de l'agence retouchent l'angle choisi pour un papier. À Calais, j'ai couvert le blocage du port par les pêcheur, qui intéressait peu la rédaction. « Les calaisiens en ont rien à faire du blocage. Ce qu'ils veulent savoir, c'est ce qu'il provoque sur l'autoroute et le tunnel », souligne le chef d'agence. Alors on contrebalance le blocage du port par les dizaines de kilomètres de bouchons sur l'A16.
Il faut que je sois honnête. Le journaliste qui veut traiter tel ou tel point, peut. A priori. Les titulaires sont capables d'en faire à leur tête même si le blâme n'est pas loin. Ainsi, un journaliste de Tourcoing a reçu un blâme pour avoir refusé de couvrir l'ouverture d'un Mac Donald ! Mais quand un CDD débarque dans une agence, il suit les recommandations des titulaires.

A Calais, je débarque avec mes gros souliers de « socialo ». « Donnez moi tous vos sujets sur le social, ça me fait pas peur. » Et l'agence s'empresse de me fournir les sujets. Quand je me pointe à une réunion de la CGT cheminots, l'accueil est tiédasse. Mais je rassure les militants : « je suis de votre côté, je vous donnerai de la place dans le journal. » Le lendemain, sur la manif, on me remercie. « C'est rare les papiers sympas sur nous. Vraiment merci. »


Tête de gondole : du sang !


Je découvre les rouages d'une presse commerciale, où la concurrence explique des choix éditoriaux discutables. Deux quotidiens s'affrontent sur le bassin calaisien : La Voix et Nord Littoral (2). Ce dernier, pariant sur le fait divers, arrive à faire une page entière de son édition sur le calvaire d'un chat accroché à une poignée de porte (véridique). Selon La Voix, ce journal se vend bien mieux que le sien. Alors elle contre-attaque et balance également du fait divers dans les premières pages de son édition.

C'est la tête de locale qui fait office de page reine dans le journal (3). Elle met en lumière  l'événement de la veille. En réunion de rédaction du lundi, la liste des têtes de la semaine est décidée. Logiquement elle ne varie pas, sauf événement. Lors de mon CDD, je devais couvrir la manifestation du jeudi 22 mai, contre la réforme des retraites et les suppressions de professeurs. 1500 personnes ont défilé dans Calais. Chose assez rare, surtout parce que les manifs sont souvent délocalisées sur Lille. Un sujet qui mérite la tête donc. Sauf que la veille au soir, les faits divers amènent un autre sujet. Un père et son fils se sont crashés à 110 km/h sur un camion. Les photos que le journaliste ramène sont « bonnes ». On voit la tôle froissée et les pompiers qui désincarcèrent les corps. Le papier atterrit en tête et tacle la « grogne sociale ». Ultime entourloupe : le journaliste met en parallèle les bouchons provoqués par la grève des pêcheurs et l'accident...

Précaires sous surveillance

Deux mois plus tard, lorsque je recontacte la RH, elle me répond : « Votre fiche de notation est revenue de Calais et on ne vous a pas rappelé parce que c'était moyen. Orthographe moyen. Souci du détail moyen. Originalité moyen... Moyen quoi. Nous avons proposé les autres contrats aux meilleurs CDD. » À chaque agence, une feuille de notation. Une seule note défaillante et c'est la suspicion. Le matelot n'est pas bon. Virons-le du navire. Les deux agences qui ont posé problème pour mon recrutement ont été celles où mes convictions politiques ne collaient pas avec la ligne éditoriale.

Même si je garde un goût amer de mon passage, j'ai beaucoup appris sur les soucis de la presse en général : moyens techniques défaillants, précarisation des contrats, recrutement codifié... Presse qui au prix d'une concurrence souvent faussée, délaisse le terrain social pour les domaines consensuels et racoleurs. Et La Voix du Nord prépare une édition du lundi, « elle embauchera » dit-on. Mais on se trompe. Les CDD (déjà anciens) ont signé pour 12 mois pour faire tourner cette édition. Si elle ne marche pas, elle poussera à la rue une vingtaine de CDD qui ont trimé plus de deux ans de leur vie pour une publication « héritière de la résistance ».

(1) Au total, à La Voix, une trentaine de CDD végètent entre contrats mensuels, plus longs ou bien plus courts. Un CDD gagne 1783,91 € bruts par mois et quelques primes.
(2) Qui pourtant appartient également au groupe Voix du Nord
(3) Située après les pages région, elle est surmontée du nom de l'aire concernée.

20/06/2008

En vrac

Tout au long de cette journée, qui se fera sans aucun doute fructueuse, je vous ferai part de ce qui me fait marrer, ou pleurer dans ce boulot.

-J'ouvre le journal dans lequel je bosse (pour ceux qui suivent pas voix d'euchnord en chtimi plus qu'approximatif). Et là, interviex du président de la CCI de la capitale des frites, Bruno Bonduelle. Dans le chapô, une critique (objective) : "Il publie aujourd'hui ce qui est sans doute son meilleur livre" reste le renvoi à la note du bas : "XXLille, éditions La Voix Du Nord".... no comment je crois.

PLus plus tard, là je vais voir un curé qui sort un livre, sans doute "son meilleur bouquin".....

09:57 Publié dans Turbin | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : journalisme, voix, agence, vrac, infos

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu