Avertir le modérateur

09/08/2008

Au pied du mur

Je sais que tu parlais beaucoup de boulot Mémé et que dernièrement, je pouvais refuser tes petits billets glissés au creux de la main. Et je sais aussi que dès qu'André a vraiment eu du boulot, genre un vrai de vrai, tu ne lui demandais plus trop comment ça se passait.

Bah moi j'ai pas de boulot depuis deux mois et...là....bah ça commence vraiment à faire long. Je disais il y a plusieurs billets que la précarité je l'avais choisie.? Enfin c'est tout relatif. Mais pas d'appel du journal depuis quelques semaines et quand je regarde mon compte j'ai de légères suées.

Donc Mémé, je galère là. Pas trop non plus mais je crois être arrivée à une extrémité dommageable. Je viens de postuler pour devenir hotliner 9h/semaine chez.....Oh mon Dieu (tiens il existe d'ailleurs ? Tu dois le savoir...).....j'ose à peine le dire.....chez Orange.

Alors que je suis en bataille avec eux depuis un an pour des factures abusives....Et que je viens de résilier mon contrat pour rejoindre Neuf. Mais bref, tu n'y connais pas grand chose à tout ça, mais juste pour te dire, que merde t'avais raison.... pour grailler on doit parfois aller loin. Mais j'avoue c'est toujours moins dur de répondre au téléphone à des clients excédés que faire le ménage ou bosser comme toi dans les champs.

Autre époque, autre temps. La plupart des boulots les mieux payés se font assis alors qu'avant les dockers étaient bien vus.

Mais pour te faire sourire, je peux toujours te dire qu'André gagne beaucoup mieux sa vie comme manoeuvre au remorquage de Dunkerque que Rénald qui bosse entre Paris et Lille comme informaticien. Et ce... grâce aux syndicats !

20/07/2008

Au chomdu?

Je suis en vacances. Enfin... Si l'on veut. En fait je ne suis pas payée, je ne travaille pas. Je n'ai pas de contrat.

Comment on appelle ça déjà ? Chômage. Ah oui je me disais aussi...

Le journalisme précaire c'est ça : on attend que ça veuille bien venir en enquêtant sur des choses à droite à gauche en espérant que ça porte ses fruis plus tard. J'ai 23 ans, forcément je m'accomode facilement de cette situation. Je suis encore étudiante dans ma tête alors acheter un paquet de pâtes "prix numéro 1" je n'y vois pas de souci. Mais celui qui vit la même situation que moi et qui a, ne serait-ce que 5 ans de plus que moi, il doit avoir les glandes. Pas de thunes. Alors qu'on est en juillet et que les contrats d'août ne sont pas là non plus.

Alors on psychote un peu, et si la boîte avait lu ce blog, et si mes derniers passages à Cambrai et Béthune n'avaient pas été bien perçus ? Et si j'étais mal notée ? Et si à l'Huma il ne voulait plus m'appeller ? Et si dans les deux autres piges que j'ai, ils ne pouvaient plus m'engager ? 

Et pendant qu'on paranoïaque sur le bord de son lit, on avance pas trop. Entre Assedic qui demande des justificatifs alors qu'on ne perçoit rien de chez eux, et voiture over-gloutonne à remplir, j'ai déjà vu des vacances plus joyeuses.

Mais dans l'ensemble, ça roule. Je vois venir sur...deux mois. D'ici là, priez le pépère Rouletabille, sinon je suis sur la paille.

Allez pis dédicace à tous mes voisins nordistes qui ne doivent pas non plus se sentir en vacances sous ce ciel plus que pourri !

18/06/2008

Foutu métier

Juste avant de commencer mon laïus que je rend plus quotidien, une petit phrase de notre (malheureusement) omni président, lue ce midi (en accompagnement d'un bon sandwich jambon emmental sur le bord de mon bureau) dans le Canard Enchainé, mon petit plaisir hebdomadaire.

"On ne doit pas laisser mourir les gens comme des bêtes!... D'ailleurs les bêtes sont des êtres humains".

Bref, aujourd'hui je me porte volontaire pour un sujet que le chef de rédac' qualifie de "social". (bizarrement quand il dit social, il penche la tête, un peu comme s'il pensait l'expression péjorative "cas social") Une mère de famille doit manifester cet après midi devant les maisons du N*** un constructeur de bicoques du coin.

Pendant que je me délecte de mon journal (et accessoirement de mon sandwich...) la sonnerie de l'agence retentit. Je prends l'appel (je suis toute seule dans la maison). Et là c'est ma petite dame qui m'explique que miraculeusement, les promoteurs sont enfin venus déposer (et non monter, nuance) la charpente.

En fait, cette petit madame attend la livraison de sa maison depuis le 18 mars. On est le....18 juin. De requête en requête de semaine en semaine, elle n'avait rien vu venir. Telle Soeur Anne (attention culture gé...! J'vous expliquerai plus tard pourquoi je dis ça), avec ses quatre enfants dans les bras (dont un bébé que j'entendais gazouiller au bout du fil) elle serait venue protester devant l'agence. Mais voilà, elle ne viendra pas. Alors je ne ferais pas de papier. Que voulez-vous. Ca ne colle pas. Pas d'actu, pas d'papier. Et donc personne qui entend parler de ça, personne qui, dans la même panade, pourrait monter une asso de protestation avec elle.

"Justice n'est plus faite, qu'elle me dit, on aura beau embaucher des avocats, payer des assurances dommage ouvrage, ça ne sert à rien, je dépense 800 euros dans ma maison tous les mois sans y vivre et heureusement que je possède ma maison actuelle sinon qu'est ce que je ferais ? Je n'ose même pas penser à ceux qui payent deux loyers dans les même conditions. C'est honteux de les laisser faire. On est les victimes et on doit se taire, on a pas le choix"

 Et cet après midi je dois faire un papier d'annonce sur la miss artois-hainaut...

Comme quoi, le glamour est soluble dans le social. J'adore ce boulot....... une fois sur deux!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu