Avertir le modérateur

22/05/2008

Voix du n**** toujours

Dingue comme on a envie de reprendre les choses là où on les a laissées surtout quand il y a quelque chose qui nous démange.

Donc voilà les gars, je reviens pour sûrement une ou deux notes en vrac, ce serait toujours ça.

Je suis revenue à la voix dont on doit pas finir le nom pour éviter de sortir prématurément du vivier des cdd. J'ai craqué, je bosse pour eux, de temps en temps quand ils m'apellent. Et puis je pige. Précaire un peu mais je me porte bien.

Donc je suis dans une agence du littoral (ouuhhh suspense) et nous sommes deux cdd, un stagiaire, une contrat pro (contrat de travail moins cher pour l'employeur mais la voix s'en tire pas mal, selon moi, il se trouve qu'elle paye plus qu'elle ne pourrait..clap, clap), puis trois à quatre journalistes permanents généralistes et un faits diversié, un sportif, plus un photographe. Bonne agence, beaucoup de main d'oeuvre pour une dizaine de pages. Mais...mais....ça nous fait quand même pas mal de précaires. Faut bien l'avouer.

Bref ceci n'est pas mon propos en fait...J'ai couvert ce matin une manifestation (intersyndicale, 1500 personnes, sympatoche). En passant, oui je me suis portée volontaire pour le sujet, poussée toujours par mon esprit socialo-social dirons nous. mais on ne m'en tient pas rigueur donc continuons. Mon sujet devait être en tête. La tête c'est la première page de l'édition locale de la voix (donc pas la une, attention, ya d'abord un sujet région puis 5 ou6 pages et pof, une tête de locale). Bref mon sujet a sauté. Il est en 3eme page maintenant. Après une page sur un accident (qui fait donc la tête) et un  sujet sur les bouchons. Qu'on se le dise, je ne suis pas aigrie parce que je ne fais plus la tête là c'est pas le souci.

Mais voilà, ici régne ce que j'appellerais, la tyrannie du faits div'. Des photos de voitures défoncées tronent en première page de notre édition locale. Certes, c'est important de savoir qu'il ne faut pas encastrer les camions. Mais sérieusement, il n'y a pas eu de mort. Juste que cet accident était assez impressionnant. de la tôle partout.

Je vous explique pourquoi ça ne m'étonne pas plus que ça, ce changement d'actu chaude. Ici donc, règne la tyrannie du faits div', tyrannie soutenue par le concurrent de la voix, Nord Litt'. Ce dernier tient le haut de l'échelle en matière de réactivité, de vitesse et de....crade dirais-je. Une page pour parler d'un chat tabassé, c'est....pas inutile mais étrange surtout pour énomément de baratin qui, franchement vaux pas vraiment le coup.

La place des faits div' dans les éditions devrait être repensée, ont-ils seulement utiles?. Mais continuer à dire que les gens ne lisent que ça, ça pose problème.

29/07/2007

No comment...?

"On est là pour faire de l'information prémachée. On s'en fout d'apprendre aux gens la différence entre géoportail et google earth. Les gens nous achetent 1 euro pour cette information pratique. Tu dois sortir des trucs marrants, genre là ce site avec les hôtels. Ou ce truc sur le tourisme. C'est ça notre boulot donner du prémaché au gens, on nous achete pour ça"...

 

...que dire de plus, ou pleurer peut-être....?

Remarquez mon master de communication à Lille3 ça va être du gateau avec ça en tête !

 

medium_photo_crs_moi_007.3.jpgPs : Bah oui c'est moi...instant de gloire pendant le CPE.. C

e qui est intéressant à y voir, c'est que la journaliste cherchait une militante (modérée) dans la crise. Elle me connaissait à travers son ancien engagement dans le même journal étudiant que moi. Ca ne montre pas vraiment que les sources sont proches des journalistes mais plus que ces derniers ont du mal à s'extirper de leur cercle social.

16/07/2007

Au bureau...

Je profite que l'info soit assez tranquille (comme souvent d'ailleurs) pour écrire, comme ça, en pleine après midi. Alors que, certes, j'ai un papier à écrire sur Tourcoing Plage et sur les projets économiques de la ville, mais j'ai comme une envie de buller.

Assise sur une chaise un poil bancale, je vois l'Eglise saint Christophe (l'intérieur du beffroi-où on place les cloches-est en train d'être refait, c'est chouette j'ai été le voir avec les huiles tourquennoises. Vertigineux!). Je suis au premier étage. En dessous, les secrétaires. Au dessus, le journaliste sportif, un journaliste qui s'occupe et de Tourcoing et de quelques villes autour. Encore au dessus, les commerciaux. Au même étage, il ya mon chef (bureau derrière une baie vitrée avec porte qui se ferme-presque tjs les bureaux des chefs ont la possibilité de se fermer-allez savoir), le journaliste des faits divers qui ne vient que l'après midi, et une autre CDD qui repart la semaine prochaine (CDD de trois semaines...).

 On a des vieilles bécanes. Entendez des vieux pcs. Qui tournent à deux à l'heure et qui ont quasiment pas d'espace disque. Il y a un vieux scanner qui doit faire du 2 pixels par metre carré. Les appareils photos sont moins vieux. Mais pas des plus maniables. Ce ne sont même pas de véritables bridges. Mais on fait avec. Il n'y a pas de lecteurs cds. Les pcs tournent sous 95 je suppose, ou une version semblable.

 Si je vous raconte tout ça, c'est pour donner une espéce de toile de fond du travail de journaliste. Pour donner une expliquation partielle de l'aspect parfois ignoble de nos photos (allez scanner un plan d'architecte avec un appareil vieux de....au moins tout ça). Ca explique pourquoi on galère à trouver de la petite info sur internet, pourquoi nos articles mettent plusieurs jours à sortir....

Aujourd'hui j'écris un article qui paraitra dans deux jours. Je travaille des papiers qui paraitront, eux, dans moins d'une semaine. Ou plus... C'est ce qu'on appelle du papier magazine. Mais soyons clair, la pagination rétrécit pendant l'été, il y a moins d'actu, plus de maronniers-papiers qui tombent cycliquement- (Tourcoing plage, centres aérés, chantiers d'été...) alors il faut improviser. Je ne dis pas qu'il n'y a pas mieux à faire. Mais une équipe de 4 journalistes (au mieux), qui doit remplir entre 5 et 7 pages par jour, c'est du boulot.

Abattre du feuillet et de l'instantanné aux dires de certains, c'est notre travail quotidien. Faux mais en même temps....vrai... On écrit des papiers pour des parutions ultérieures mais on ne les reprend pas dans ce laps de temps. On écrit et on passe à autre chose. Je n'arrive pas à blamer vraiment mon chef, ou moi,ou le journal. Je me demande parfois si beaucoup de gens le lisent vraiment. Ceux qui le font ont même parfois l'expression si chère à nos coeurs : "c'est de la merde". Bah oui, mais on feuillette...

Je pense que la faute vient sans doute d'une foule de thèmes : précarité du travail (deux CDD/4 ?!), d'un manque d'information sitôt arrivée sur la ville (je m'extasie devant des choses qui ne sont peut etre pas significatives pour les tourquennois...), la politique (élections, jeux des partis) plus importante que les galères quotidiennes, les clichés un peu trop présents (Roubaix=fumeurs de shit...). Il ne suffirait pas de supprimer la concentration des médias, de donner de bons salaires aux journalistes, de rendre indépendants les journaux. Il faut aussi savoir pour quoi les journalistes travaillent ils dans ce milieu. Mon chef m'a dit : "si tu es politique, t'as rien à faire dans le métier." C'était dit gentiment. Mais j'ai compris qu'avoir des amis communistes (et des affinités avec les idées pour tout dire) n'est pas un point positif pour ma carrière. 

Ils sont à gauche pourtant ici, enfin pas à droite du moins. Mais il y a une espèce de peur de l'opinion. Comme si l'objectivité avait rendu impossible toute idée qui sorte des clous. C'est dommage. Je pense que ça a permis l'espèce de dépolitisation que connaissent en ce moment les partis, les syndicats, les associations en général. Dans la presse locale sauf exception, il en existe bien sur, mais il n'y a que très peu de personnes qui ont leur carte dans un parti. Au nom de la sacro sainte objectivité.

Et j'avais en tête comme idée, comme ça de loin, que la gauche s'était dépolitisé, que le journaliste avait fait devenir sa plume tout rose pale. Et que l'autre versant du journaliste, lui plus bleu, avait gardé ses couleurs avec fierté. Alors peut etre que TF1 n'est pas à droite dans son entier mais que les centristes et autres mous du social ont laché l'affaire pour les plus radicaux de la droite.

Je pense que c'est l'enthousiasme du métier, l'illusion de faire de bons papiers, sur des choses vraies, qui n'existe plus. Je suis à deux doigts de tomber sur le même versant. Mais il faut refuser le "si ya rien tu reviens", "il pleut, y a personne, point." Forcément c'est du travail que de faire mieux, forcément ça vous tape sur les nerfs de bosser plus pour un journal où ceux d'à côté font du papier au kilomètre sur la fête du village ou le concours fleuri.

Je vous parlerai bientot des relations mairie-communication-journal. C'est assez instructif... Désolant mais instructif. Et compréhensible aussi...malheureusement.

medium_dimanche_007.2.jpg

 

 

 

 

Photo prise pendant le CPE. La grand' place sous la mousse... 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu