Avertir le modérateur

09/08/2008

Au pied du mur

Je sais que tu parlais beaucoup de boulot Mémé et que dernièrement, je pouvais refuser tes petits billets glissés au creux de la main. Et je sais aussi que dès qu'André a vraiment eu du boulot, genre un vrai de vrai, tu ne lui demandais plus trop comment ça se passait.

Bah moi j'ai pas de boulot depuis deux mois et...là....bah ça commence vraiment à faire long. Je disais il y a plusieurs billets que la précarité je l'avais choisie.? Enfin c'est tout relatif. Mais pas d'appel du journal depuis quelques semaines et quand je regarde mon compte j'ai de légères suées.

Donc Mémé, je galère là. Pas trop non plus mais je crois être arrivée à une extrémité dommageable. Je viens de postuler pour devenir hotliner 9h/semaine chez.....Oh mon Dieu (tiens il existe d'ailleurs ? Tu dois le savoir...).....j'ose à peine le dire.....chez Orange.

Alors que je suis en bataille avec eux depuis un an pour des factures abusives....Et que je viens de résilier mon contrat pour rejoindre Neuf. Mais bref, tu n'y connais pas grand chose à tout ça, mais juste pour te dire, que merde t'avais raison.... pour grailler on doit parfois aller loin. Mais j'avoue c'est toujours moins dur de répondre au téléphone à des clients excédés que faire le ménage ou bosser comme toi dans les champs.

Autre époque, autre temps. La plupart des boulots les mieux payés se font assis alors qu'avant les dockers étaient bien vus.

Mais pour te faire sourire, je peux toujours te dire qu'André gagne beaucoup mieux sa vie comme manoeuvre au remorquage de Dunkerque que Rénald qui bosse entre Paris et Lille comme informaticien. Et ce... grâce aux syndicats !

31/08/2007

vive le feu...

J'ai envie de brûler quelque chose. Un peu parce qu'il fait froid dans le nord et que j'ai les mains qui deviennent bleues (maladie de reynauld qu'il parait). Un peu aussi parce que les nouvelles non réjouissantes pleuvent sur notre si beau pays.

Bref le petit Monier et toute sa clique (appelation origine fontenelle contrôlée), commencent à me courir sur le haricot. Sévère.

Pas envie de faire une note longue sur pourquoi les journalistes sont couards et moi avec. Pas besoin de grands discours en ce moment. Tout est limpide. Manque le moment pour commencer à gueuler.

La rentrée sera chaude...

16/08/2007

Les journalistes ne sont pas des ouvriers comme les autres (même si...)

C'est lui qui le dit : "Le journaliste n'aura jamais de mal à trouver des contacts dans les assos ou les institutions mais rencontrer des vrais gens, sur ce qu'ils vivent eux, c'est dur. J'avais une amie qui souhaiter parler des gens qui passent du RMI au RMA. Elle avait tous les contacts institutionnels mais ceux qui avaient été touchés par la situation, elle n'en trouvait pas. Les journalistes ne sont pas de la même classe que certaines personnes concernées par leurs articles". (à peu près, pendant l'émission là bas si j'y suis)

Et il a raison le ruru. On me reprochera mon manque de recul vis-à-vis de mes sources. Ici François Ruffin, mais quand on a vécu quelques mois à bosser pas loin de lui, à réflechir et à comparer avec la situation de la presse, on se dit que...zut alors il a pas si tord.

Je connais dans ma famille, des smicards, des rmistes, des malades du travail, des intermittents, des retraités aux revenus de misère. Pourtant, même issue d'un milieu plutot modeste, j'ai du mal à ne pas appeller les associations quand un reportage tombe. En fait il y aurait plusieurs niveaux, si l'on veux. Les "vrais" gens, les assos, les institutions. Et à l'école on nous apprend à ne pas écouter les vrais gens. Combien de fois on m'a dit "une parole ne suffit pas". Je veux bien moi, mais franchement, il n'y a que les concernés, directement, qui ressentent la situation, qui savent à quoi elle ressemble.

J'ai dernièrement interrogé une famille vivant dans un hôtel de Tourcoing, l'association qui travaillait avec eux m'a suivi. La famille est en France depuis plus de 5 ans. Elle en est toujours à vivre dans deux 9m². L'association ne place pas un mot plus haut que l'autre. Aucune critique sur les institutions. Rien. Alors que clairement la famille n'avance pas. Si l'association n'avait pas été là, je pense que la famille ne les aurait pas remercié, n'aurait pas remercié l'hotel. Baasankhand (la mère), aurait fondu en larmes et parlé du vrai quotidien de l'hôtel. Non que je cherchais l'horrible, le crade ou les sentiments, mais je n'ai pas eu beaucoup de paroles sur ce que c'est que de vivre là.

Je ne dis pas que les associations nous cachent des choses. Mais au fur et a mesure du temps, elles ont développé des services de communication aussi ciselés que ceux des mairies. On nous passe toujours le grand chef, qui lui sait ce qu'il dit. Mais pas le bénévole qui trime sur le terrain. Et quand on parle de lui et de ceux qu'il aide éventuellement, c'est pour en faire un portrait neu-neu.

Reste que je revendique alors, le droit de parler aux petits/grand/roux/bruns/laids/beaux..... et de les croire. Et ne pas forcément toujours vérifier 36000 fois s'ils ont raison de dire que l'ANPE se fout de leur gueule ou que le centre culturel d'à côté se transforme en lieu d'exposition pour bac+10 alors que la mairie siffle que c'est de l'art à portée de tous. Et d'essayer d'aller fouiller (dans les poubelles) autre part que dans notre quartier ou de notre classe. Parce que oui, c'est encore un problème de classe.

Qu'est ce qui est plus facile : suivre Sarkozy dans sa piscine de je-sais-plus-combien-de-batons-et-franchement-je-m-en-fous ou suivre un Rmiste, au supermarché du coin voir ce qu'il peut acheter avec son budget, le suivre à l'Anpe, rester en attendant que les réponses (négatives) pleuvent ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu